La bague poison fait-elle encore des victimes ?

Aujourd’hui, retour sur l’histoire de la bague-poison : petits meurtres entre amis, technique de suicide ou délires de collectionneurs ?

Incarnation du mal dans un bijou glam. Qui n’a jamais rêvé d’avoir une bague-poison pour supprimer un ex, la garce qui vous a piqué votre mec ou achever votre boss ? Un « précieux » qui est loin d’avoir fait le bien autour de lui…

Petit b.a.-ba technique

Commençons par le commencement, la bague-poison n’est pas une bague comme une autre. Sa forme d’apparence classique contient en fait une cachette ! Une spécificité qui permettait d’y glisser du poison tel que du mercure, de l’arsenic ou de la ciguë (plante toxique favorite des Athéniens). Pire encore, certains modèles de bague étaient dotés d’une fine aiguille toxique qui mettait K.-O. n’importe qui dans d’atroces souffrances. Bref, un accessoire hors du commun qui fit les beaux jours de l’histoire de l’humanité.

La suite à lire sur Konbini ici

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s