Je ne serais jamais cette fille cool

Jamais IN toujours around. Je ne pense pas être ringarde ou totalement démodée, juste à côté. J’oscille entre ma ville natale et le cœur de Paris souhaitant profiter des joies de la capitale sans pour autant me déconnecter de ma petite bourgade plaisiroise.

Quoi qu’il en soit, je ne serais jamais cette fille cool qui touchée par la foudre de la coolness parvient immanquablement à se trouver au bon endroit avec les bonnes personnes. Le genre de fille qui te fait sentir que le Point Ephémère est déjà mort et que the place to be c’est les hangards désaffectés qui sentent la pisse de chat.

Parce qu’elle est avant-gardiste. Lorsque toi tu peines à te motiver pour aller dans ce nouveau restaurant dont tout le monde parle, elle en a déjà fait sa cantine depuis 2 ans. Nul besoin pour elle de consulter les listes des « 10 meilleures terrasses de Paris » ou « Les bars cachés de la capitale » pour savoir où sortir ce soir. Elle a ses petites habitudes de quartier et ses meilleures planques où elle s’enivre régulièrement.

Toi qui n’a pas le sens de l’orientation et encore moins une mémoire d’éléphant, tu paniques à l’idée de devoir trouver un resto. Un lieu cool-mais-pas-trop hispter-et-surtout-pas-trop-chéro dans lequel tu n’auras pas honte d’emmener ton amie québécoise qui a fait 5000 km pour venir goûter à l’ambiance parisienne.

Quand ta culture populaire divague entre la première saison de Loft Story et les documentaires sur les gipsy weddings, la fille cool s’amuse à trouver les points communs entre Simone de Beauvoir et Beyoncé.

tumblr_mlg10ytoo91s1xbe9o1_500

Côté musique, elle connaît déjà les groupes qui feront la une des Inrocks demain parce qu’elle a couché avec le bassiste après le vernissage d’un artiste indé. Elle fume clope sur clope mais sans le sourire curcumin et assume le gras autour de son ventre qui lui confère un côté « Girl Next Door » hautement sexy.

Elle est entourée de potes hétéro mais son meilleur ami est gay (of course) avec lequel elle installe la routine « ballons de rouge et chips de betteraves » tout en bitchant librement sur leurs collègues de travail le dimanche soir.

Sa liste de conquêtes ressemble plus aux exposants de la FIAC et son lot d’artistes torturés qu’à ta suite interminable de walk of shame que tu aimerais rayer à jamais de ta mémoire.

1j5vqiguwa2nofz06iyhd_w

Comme la lumière divine en la personne de Jésus-Christ, cette fille bénéficie d’un carnet d’adresses qu’on croirait tomber du ciel.

Les galères de job ? Connait pas. Combinant amitiés fastes et contacts professionnels, elle n’hésite pas à profiter de ses potes hypes pour rentrer là où elle veut. Pourtant, elle n’a jamais eu un CV mirobolant assumant sa période paumée faite de petits boulots et de grosses soirées. Une zone d’ombre qui ne l’empêche pas de décrocher le poste dans la seule start-up qui monte et qui embauche en CDI. Toi, tu t’accroches à faire un parcours cohérent pour parvenir à tes fins.

Rageant ? A peine.

Côté déco, son appartement ressemble à l’alliance parfaite entre Emmaüs et l’intérieur hippie des années 70. Ses inspirations ? Aucune car elle chine dans les brocantes et récupère les objets trouvés sans se préoccuper si elle est dans la tendance boho chic ou pas. Une créativité à qui l’on pardonnerait tout, de ses posters de Céline au-dessus du canapé à sa collection de fleurs séchées sous verre.

Active mais pas accro, son profil Facebook regorge de photos faussement vintage qu’elle prend avec son pola « qui la suit partout ». Loin d’être tout à fait consciente de sa coolitude, elle n’en reste pas moins sociable et charmante. Un grain de folie que tu lui envies même si tu as conscience que les soirées jusqu’à 8h du mat ne sont plus pour toi.

Enervante je vous dis.


Même si s’ouvrir les veines restent la solution de facilité, je ne tiens pas à arriver à cet extrême. Les filles cool ont-elles la vie plus belle ?

J’assume cette part de moi qui envie fortement le style de vie de ces filles branchées. J’aurais aimé que les trois marraines de la Belle au Bois Dormant se penchent sur mon berceau et m’accordent « la branchitude » comme don à la naissance.

Pourtant, je reste moyenne. Moyennement drôle, moyennement jolie, moyennement cool, moyennement intelligente. Bref moyennement moi.

1zkizjaiuisbarohkcdrjoa

Ne sortez pas les mouchoirs, avoir conscience de soi est un gain de temps considérable. Ça évite à la FOMO que je suis de culpabiliser de ne pas pouvoir être sur tous les fronts.

Au fond, cette fille cool n’est-elle pas la Christina Aguilera de mon adolescence ? L’idole sacralisée sur l’autel du fantasme ?

A l’âge adulte, on comprend que la vie ce n’est pas les clips d’MTV. Même s’il m’arrive encore de tomber dans le panneau « je voudrais la même coupe qu’elle », le résultat n’est jamais identique. Pourquoi ? Parce que ce n’est pas moi.

Un constat qui pousse à comprendre qu’à vouloir être quelqu’un, on finit par n’être personne. Faut dire le copiage n’a jamais été mon truc (mise à part pour les contrôles de calcul mental sur ardoise). Je préfère ranger ma jalousie plutôt que de devenir une pâle copie de cette fille cool.

Le beauf est-il le nouveau cool ? Vous avez 4 heures.

Alli pour les intimes

Tous mes textos perso sur Medium

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s